Médiumnités

Les Médiumnités

Généralités

 

Par définition, le médium est l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et notre monde physique, autrement dit en langage spirite, entre le monde des désincarnés et celui des incarnés. Les modes de manifestation des esprits au travers d’un médium sont multiples. Allan Kardec dans son « Livre des Médiums » avait procédé à une classification précise des différentes médiumnités, correspondant à des sensibilités variées qui ne se présentent pas de la même façon d’un médium à un autre.Le livre des médiums

Selon les facultés développées au sein de notre association, nous distinguons trois grandes catégories essentielles en médiumnité : les médiumnités intuitives, les automatismes et les médiumnités qui font intervenir un phénomène de transe. Les médiumnités qualifiées d’intuitives sont celles qui font appel à des perceptions de l’au-delà, que le médium doit retraduire le plus fidèlement possible. Déjà dans cette catégorie, il faut distinguer plusieurs niveaux possibles de perceptions.

Au premier stade, il s’agit d’une simple idée qui s’impose au médium. Cette idée, le médium doit la retransmettre au mieux. S’il s’agit de clairvoyance, le médium exprime dans son propre langage l’idée qui a traversé son esprit. En art médiumnique (peinture, sculpture, poésie, musique), le médium met en forme l’idée, avec ses propres moyens, ce qui pourra donner lieu à quelques maladresses, selon sa sensibilité artistique et sa capacité à bien restituer l’idée perçue. À ce stade, le médium connaît souvent la difficulté de savoir distinguer entre une réelle perception et son propre imaginaire.

Au fur et à mesure du développement médiumnique, les idées transmises par l’au-delà vont devenir de plus en plus claires et précises. En clairvoyance par exemple, l’idée sera supplantée par des images ou clichés, des mots puis des phrases entendues intérieurement. En peinture médiumnique, le médium aura la vision de l’œuvre qu’il doit reproduire. Ainsi donc, la médiumnité dite intuitive passe sensiblement du stade de l’idée mal définie au stade de perceptions plus précises qui s’imposent au médium sous forme d’images, de phrases ou d’impressions suffisamment fortes qui deviennent des certitudes.

Les automatismes

 

Au fil du développement, la médiumnité pourra, soit en rester au stade intuitif, soit transiter progressivement vers le stade de l’automatisme de la main. Nous avons l’exemple de l’écriture semi-automatique qui peut devenir écriture automatique.écriture automatique

Le plus souvent, au début du travail expérimental, le médium perçoit une idée qu’il doit retranscrire par écrit avec son propre vocabulaire. Ensuite, il perçoit plus distinctement des mots, puis des phrases, qu’il retranscrit là encore. Et dans la phase suivante, si sa sensibilité le permet, il perçoit les mots en même temps qu’il les écrit. Et il peut même dans une phase ultérieure, ne plus percevoir distinctement les idées et les mots. Il est alors dans un état second plus profond, sa main est prise par la volonté de l’esprit qui se manifeste, le médium n’est plus maître de sa main, le geste devient rapide, saccadé, l’écriture est alors très rapide, avec le petit inconvénient qu’elle devient plus difficile à déchiffrer. On est alors passé du stade de l’écriture semi-automatique à celui de l’automatisme pur.

L’automatisme de la main est aussi la particularité inhérente à la technique de la planchette oui-ja et il peut également se développer chez un peintre médium.

La clairvoyance

C’est une perception extrasensorielle qui met en rapport le sujet clairvoyant avec une personne, une situation ou un évènement. Il s’agit d’une relation télépathique entre le clairvoyant et l’objet de sa perception. Dans le même clairevoyanceordre de faculté, il faut inclure la clairaudience et la psychométrie (perception partir du support d’un objet). Cette sensibilité peut aussi être qualifiée de médiumnique lorsque le sujet entre en contact, non plus avec un humain ou une situation humaine, mais avec des entités désincarnées.

Transe et incorporation

La troisième catégorie de phénomène qui correspond à la transe médiumnique se distingue totalement de l’intuitif ou de l’automatisme. L’esprit impose sa présence d’une manière plus physique, en utilisant le corps du médium. Plusieurs stades, là encore, sont mis en évidence : l’esprit peut influencer le médium en l’entourant de ses fluides, l’induisant dans un état second. L’esprit annihile la volonté du médium, il l’enveloppe de son fluide et il le guide en utilisant tout ou partie du corps, dans la gestuelle ou la parole. Le stade suivant est celui de l’incorporation : suite à un phénomène de transe, l’esprit du médium accompagné de son périsprit est extériorisé du corps. L’esprit désincarné intègre alors le corps du médium, il s’incorpore selon le terme. Il a alors toute possibilité de se mouvoir et de s’exprimer verbalement.

Les médiumnités développées
dans notre association

La médiumnité est une sensibilité exacerbée qui prête à certaines personnes la faculté de servir d’intermédiaire aux esprits de l’au-delà. Cette sensibilité ne s’improvise pas et n’est pas transmissible.

Généralement, toute forme de médiumnité demande un développement expérimental avant d’être opérationnelle. Ce développement sera plus ou moins long, variant de quelques mois à quelques années, selon la sensibilité et les influences subconscientes propres au médium. Il arrive en effet très souvent que les premiers résultats ne soient que le reflet de la pensée du médium lui-même. Et c’est par un travail régulier que ces influences personnelles finissent par disparaître au profit de la réelle manifestation des esprits.

La médiumnité doit s’exercer en groupe dans une ambiance de recueillement, avec des participants avertis et compétents, capables d’accompagner correctement le médium dans son développement.

L’écriture semi-automatique ou intuitive

 

Le médium écrit les mots et phrases qui s’imposent à son esprit. Lors des écriture semi-automatiquepremières expériences, il s’agit souvent d’idées globales que le médium s’évertue à mettre en forme. Ensuite, cela devient une forme de dictée où le médium perçoit mot à mot le message de l’esprit. Au cours du message ou à la fin, le médium perçoit l’identité de l’esprit.

L’écriture automatique

L’esprit utilise la main du médium, et dans la pulsion qu’il lui donne, écrit d’un seul jet et de façon rapide des mots reliés entre eux jusqu’à la fin du message. Le geste est souvent vif et saccadé produisant une écriture parfois difficile à déchiffrer.

Très souvent, lors des premières expériences, l’écriture est d’abord intuitive pour progressivement devenir automatique. Lorsque l’automatisme prend le pas sur l’intuitif, le médium perçoit les mots en même temps qu’il les écrit. Et dans une phase suivante, cette perception télépathique disparaît, l’esprit utilisant directement la main du médium.

Le sommeil magnétique

Sous l’influence de passes longitudinales lentes prodiguées par un magnétiseur, le médium est plongé dans un état second, propre à déclencher des perceptions. Le sommeil magnétique est un état médiumnique qui permet, soit la lecture de vies antérieures, soit le contact direct avec l’au-delà. Dans les deux cas, le contenu informatif est sous le contrôle des esprits, qui transmettent télépathiquement à l’esprit du médium, images, descriptions et commentaires.

Le médium retraduit tout ce qu’il perçoit, d’une voix en général faible et monocorde. Dans ce que l’on appelle la lecture de vies antérieures, le médium voit se dérouler des épisodes de la vie à relater, un peu comme s’il assistait à un film. Des images se succèdent, il les décrit, il ressent l’ambiance du moment et perçoit toutes les informations nécessaires à la compréhension des images.

L’incorporation

 

Le médium recueilli s’abandonne entièrement pour laisser son esprit quitter son corps physique. C’est alors que l’esprit souhaitant se manifester prend incorportionpossession du corps du médium, trouvant ainsi la possibilité de se faire reconnaître dans sa personnalité passée, par son langage, son accent ou sa gestuelle.

L’esprit du médium réintègre son corps physique à l’issue de la séance. Cette médiumnité rare est très éprouvante pour le médium, donne lieu à des modifications physiologiques, principalement au niveau de l’influx nerveux et du rythme cardiaque.

La clairvoyance médiumnique

 

Le médium travaille à partir de la photo d’un décédé qu’il a entre les mains. Les perceptions peuvent être des impressions, des sensations, des images ou des idées qui s’imposent clairement. L’intérêt de cette forme de clairvoyance est clairevoyance médiumniquede percevoir l’état et la situation de l’esprit dans son au-delà, esprit qui peut éventuellement donner un message dont le clairvoyant restitue le contenu. Il arrive que l’esprit se fasse reconnaître selon l’image physique qui était la sienne : le clairvoyant perçoit alors une image nette l’esprit et peut le décrire.

Autres médiumnités

 

La xénoglossie

Ce terme inventé par Charles Richet (1850-1935) qualifiait une médiumnité par laquelle les médiums parlent ou écrivent en langues étrangères ignorées d’eux-mêmes et des assistants à la séance. On retrouve de nombreux cas étudiés et relatés par Ernest Bozzano dans son livre « La médiumnité polyglotte ».

L’ectoplasmie

L’ectoplasme est une substance blanchâtre qui s’extériorise du médium sous l’impulsion de l’esprit qui se manifeste. Cette substance, créée à partir des ectoplasmiecellules physiques du médium, s’extériorise par la bouche, le nez ou au niveau du plexus. Elle prend alors des formes diverses, mains, visages ou parfois corps tout entiers. L’esprit fait vibrer la substance ectoplasmique pour lui donner forme humaine. C’est ainsi que des esprits ont pu se matérialiser, partiellement ou entièrement, devant une assistance spirite.

Ce phénomène fut étudié fin 19è et début du 20è siècle par le monde scientifique, avec des personnages comme Gustave Geley, William Crookes, Charles Richet, Gabriel Delanne et de nombreux autres.

La clairaudience

La clairaudience est souvent une particularité qui s’additionne à la clairvoyance. Le clairaudient peut entendre l’esprit de deux manières : par la perception auditive d’une voix intérieure ou par l’ouïe, en une voix faible mais distincte perçue de l’extérieur.

L’écriture directe

Ecriture qui apparaît spontanément sur un papier ou une ardoise sans intermédiaire physique. L’esprit utilise l’énergie fluidique du médium qui se trouve à proximité. Ce phénomène fut authentifié à plusieurs reprises au début du XXè siècle.

 

Les arts Médiumniques

Les œuvres produites ne sont pas le fruit de l’imaginaire, mais le résultat de la volonté des artistes, devenus invisibles, à communiquer avec nous. Leur envie d’exprimer leur pensée créatrice auprès des hommes continue. Pour cela, ils ont besoin d’intermédiaires que l’on appelle médiums. La musique, la peinture, la sculpture, la poésie, la littérature, toutes les formes d’expression humaine sont utilisées par les esprits de l’au-delà. L’art médiumnique est la traduction de leur amour pour les hommes et la preuve de la survivance de l’âme après la mort.

Les artistes ne sont pas morts, ils sont là, présents autour de nous, ils continuent de créer pour atteindre nos consciences. L’artiste désincarné pense, imagine la forme, compose, crée l’émotion ; le médium le reçoit par télépathie. Ne comparez pas l’œuvre d’aujourd’hui, œuvre de l’au-delà, avec celle d’hier. Laissez-vous envahir par le message donné, recevez avec votre cœur, alors, nous l’espérons, vous comprendrez. L’art médiumnique est un message pour l’humanité, la traduction directe de l’expression spirituelle. Il doit être reconnu en temps que tel.

“Si l’émotion n’existait pas, l’art n’existerait pas, l’esprit n’existerait pas, Dieu n’existerait pas.” Pablo Picasso.

Les risques d’une
expérimentation hasardeuse

Pour répondre de façon globale à de nombreuses questions concernant la pratique et l’expérimentation en spiritisme, voici quelques éléments d’information et de réflexion.Le développement d’une médiumnité est une affaire complexe qui entraîne de nombreux apprentis vers des écueils funestes.

Le plus souvent, toute personne qui s’aventure à communiquer avec l’au-delà est victime dans les premiers temps d’influences provenant de son propre subconscient ; ceci est pratiquement une règle générale. On voit aussi des médiums qui sont perpétuellement en contact avec leur imaginaire, et qui croient en toute bonne foi communiquer avec des esprits. La question est très complexe, elle nécessite donc la plus grande circonspection.

On ne peut pas prétendre à développer une sensibilité médiumnique sans bien connaître le sujet spirite. Tous les acquis obtenus par les pionniers du spiritisme méritent d’être étudiés, grâce à la lecture de leurs nombreux ouvrages.

L’au-delà qui nous environne n ‘est que le reflet de notre humanité terrestre, en d’autres termes, les esprits des décédés ne sont pas tous animés de bonnes intentions. Une personne qui a un potentiel médiumnique et s’exerce à l’expérience prend donc le risque de se trouver un jour ou l’autre en présence d’un esprit dangereux, qui peut devenir au fil du temps un esprit obsesseur. Il peut s’ensuivre de graves troubles d’ordre psychique, qui parfois s’apparentent à certaines pathologies psychiatriques.

 

Soins & Thérapies

Vers une nouvelle définition de la maladie

 

Il existe des interactions entre le corps, l’esprit et le périsprit à partir desquelles les maladies ne doivent pas être considérées sous un angle Henri Durvillstrictement physique.
Il faut cerner le malade dans ses comportements sociaux, ses angoisses relationnelles et affectives, pour souvent découvrir les causes profondes des altérations de santé qui sont d’ordre psychique ou spirituel.

Les chairs vibrent au rythme de la pensée. Un état d’esprit altéré produit une modification vibratoire au niveau du périsprit, ce qui par répercussion atteint le corps physique. Les maladies n’existent donc que par le manque d’harmonie entre les trois composantes de l’être humain : l’esprit, le corps et le périsprit.

Le but d’une thérapie spirite est d’atteindre l’esprit, de rééquilibrer les fonctions du périsprit, afin que les soins prodigués se répercutent sur le corps physique.

Les thérapies spirites

Le magnétisme

 

Le magnétisme est une énergie vibratoire essentiellement curative, qui est inhérente à la nature périspritale de certains humains. La capacité magnétique est innée et naturelle chez celles et ceux qui la possèdent. Ce n’est pas une magnétismefaculté médiumnique dans la mesure où elle ne fait pas intervenir la présence d’un esprit dans son utilisation.

Les magnétiseurs du cercle ont eu connaissance de leur faculté par les esprits. Le magnétisme peut être mis en évidence expérimentalement. C’est une énergie qui agit par exemple sur la pousse des plantes, à partir de graines magnétisées qui donnent une croissance des végétaux supérieure à la moyenne. magnétisme

Cette énergie naturelle peut apporter soulagement ou guérison pour de nombreuses maladies si elle est dispensée suivant certaines règles transmises par nos précurseurs et complétées par les esprits. Des protocoles de traitements par magnétisme nous ont été enseignés par les esprits pour un certain nombre d’affections. Ils sont régulièrement utilisés par nos magnétiseurs, très souvent avec succès.Les vertus thérapeutiques du magnétisme sont utilisées à l’intérieur des cellules de soins de notre association. Le magnétisme peut aussi être dispensé à un médium, suite à une grande dépense fluidique à l’occasion d’une séance spirite.

La clairvoyance

Certains clairvoyants ont la particularité de percevoir les zones altérées ou malades du corps physique. L’information reçue est parfois directe dans la perception d’un diagnostic précis. Il arrive également que cette information soit reçue sous forme de symboles qu’il s’agit alors de décrypter.

Les précurseurs du magnétisme dans l’ordre chronologique de l’histoire furent entre autres : La Fontaine, le marquis de Puységur, le baron du Potet, Deleuze, Hector et Henri Durville…

 

 

 

 

 

 

 

Source: spiritisme.com